Séminaire criminalité environnementale GIMBORN 2018


La criminalité environnementale

La section française de l’IPA en collaboration avec le centre IBZ de GIMBORN, (Allemagne) a organisé du 9 au 13 avril 2018 son séminaire annuel professionnel sur le thème de la criminalité environnementale, encore appelée criminalité verte.

La criminalité environnementale ne connaît pas les frontières et revêt des formes très diverses (exploitation illégale de la faune et de la flore, criminalité liée à la pollution etc..)

Encore mésestimée, elle est pourtant aujourd’hui classée au 4ème rang des actes illicites dans le monde. Elle est d’ailleurs une des priorités de l’Union Européenne en 2018 et fait partie du plan d’action 2018/2022.

Menace grandissante sur les ressources naturelles, la paix, le développement et la sécurité, elle fait l’objet aujourd’hui de mises en places de stratégies étatiques tant dans la prévention que dans la répression.

Le but de ce séminaire était de déterminer quel est le rôle de l’État face aux enjeux écrasants de ce crime environnemental et aux organisations criminelles qui les commettent et quels sont les moyens mis en place pour lutter contre ce phénomène.

Cette année, un peu plus de 20 personnes ont assisté au séminaire. Ce petit nombre n’a pas entamé la bonne humeur des participants présents. Ce fut l’occasion de revoir tous nos fidèles gimborniens. Certains viennent à Gimborn pour la 28ème fois (Bravo Joel DEOM) quand d’autres ont assisté pour leur part à leur 2ème séminaire.. Merci la délégation du Gard, revenue en force.. J’espère que vous n’avez pas dit votre dernier mot et qu’un 3ème séminaire sera au programme en 2019 !!!!

Le séminaire, dont l’humeur était plutôt printanière, a débuté après les présentations d’usage de chaque participant, lundi 9 avril après-midi avec l’intervention du lieutenant David AIRES, de l’Office de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP). Il nous brossait un état des lieux de la situation en matière de criminalité environnementale, nous expliquant que tous les domaines de la vie quotidienne étaient touchés par ce fléau, vraiment méconnu mais tellement impactant. Il nous informait que cette thématique attirait aujourd’hui l’attention des politiques et nous contait les enquêtes de cette brigade ainsi que les différents trafics d’espèces protégées. Nous apprenions qu’1 kg de poudre de corne de rhinocéros est estimée à 62 000 euros, bien plus cher qu’un kilo de drogue. Cette intervention nous faisait entrer directement dans le vif du sujet en nous permettant déjà de mieux appréhender le phénomène.

Il évoquait également avec nous les actions interministérielles et les multitudes d’interlocuteurs nationaux et internationaux sur cette thématique.

Mardi matin, Henri FOURNEL, coordinateur biodiversité au sein de la sous-direction de la sécurité environnementale pour INTERPOL (Lyon) prenait le relais. Après avoir effectué une présentation d’INTERPOL, il nous fournissait les conditions d’actions de son service notamment dans le cadre de la pêche illicite, de la criminalité forestière, de la pollution et de la criminalité concernant la faune sauvage.Il nous présentait les différents projets internationaux mis en œuvre : projet SCALE (concernant les pêches illicites) ou encore le projet PREDATOR (pour lutter contre le massacre des tigres notamment en Asie). Ces éléments nous donnaient une vision précise de l’ampleur du phénomène et surtout de l’internationalisation de cette criminalité.

Mardi après-midi, ce fut au tour de. Cyrille GUILLO, gendarme détaché auprès d’EUROPOL, expert national, analyste pour l’Analytical Project Envicrime d’intervenir. Véritable expert en la matière, il nous expliquait le rôle d’EUROPOL dans la connaissance de cette criminalité. Il nous faisait part des outils de communication servant à l’échange d’informations entre les pays. Nous découvrions alors une agence judiciaire européenne, véritable instrument de coopération .

Puis mercredi matin, William LACOUR, doctorant à l’Université de Lausanne (Suisse) qui assistait en tant que participant au séminaire, nous entretenait des investigations forensiques et de la pollution des eaux, sujet de son doctorat qu’il prépare à l’école des sciences criminelles. Par le biais de boîtiers électroniques, et d’une conférence très interactive, il captivait son auditoire, l’amenant à s’interroger sur les domaines touchés par la pollution. Il illustrait ses propos avec des exemples du quotidien.

A l’issue de cette présentation, notre groupe se rendait en fin d’après midi à Dusseldorf. Une conférence nous était donnée au Landeskriminalamt Nordrhein-Westfalen par Carsten MEISTER, officier de police de ce service. Pour sa part, il évoquait les déchets industriels et l’élimination illégale de ceux-ci en Allemagne et plus particulièrement dans ce Land. Chacun se sentait concerné par ce phénomène qui touche chaque pays, de façon égale et importante.

Puis nous nous retrouvions le soir pour un repas convivial dans une brasserie typique de la ville ; auparavant le soleil printanier et les températures agréables de l’après-midi nous conduisaient à une découverte bucolique de la ville le long des quais piétonniers.

La semaine de conférence se terminait par l’intervention de Jacques GORTEMAN, commissaire divisionnaire à Bruxelles Ouest, lequel était venu accompagné de Monsieur Alain MARTENS, directeur de l’agence BRUXELLES PROPRETE, société qui possède une compétence spécifique en matière d’infractions concernant les déchets. Monsieur MARTENS nous expliquait le rôle joué par sa société dans le combat contre les déchets illégaux et les atteintes à l’environnement. Il évoquait la possibilité de verbaliser (contravention dont le montant peut aller jusqu’à 62 500 euros) mais aussi leur intervention en tant que contrôleur, souvent en partenariat avec les services de police judiciaire.

Puis l’après-midi du jeudi était consacré aux travaux en sous –groupes. ce qui nous a permis de mieux appréhender le phénomène, Ils permettaient à tous les participants d’échanger de façon productive sur les conférences et interventions de la semaine, indubitablement de très grande qualité et les travaux produits par les participants, le vendredi matin, étaient tous de très grande qualité à l’image des conférences de la semaine. Chacun s’est senti particulièrement touché par cette thématique et a pris conscience du danger pour notre planète.

Jeudi soir, se déroulait notre soirée de gala à la Taverne, notre quartier général . Elle clôturait de façon festive notre séminaire et voyait dans le respect de la tradition, honorer notre ami berlinois, Hans Joachim TILGNER, qui recevait le nono’s d’or 2018, après que Peter LESSMANN FAUST, eut conté à chacun des participants la légende du Chien noir.

Hans Joachim fut élu chien blanc en 1998, c’est dire la fidélité à ce séminaire. Chaque année, il vient depuis 30 ans partager son amitié au séminaire /

Chaque soir, les participants et les intervenants se retrouvaient à la taverne et ces différentes soirées permettaient de renforcer les amitiés et d’échanger dans une ambiance fraternelle, souvent sous la houlette ou plutôt les doigts d’or de Franz HEINRICHS, qui nous a régalés de chansons françaises.

Ce séminaire, comme chaque année, s’est terminé trop vite .Chacun s’est quitté avec la promesse régulièrement tenue de se retrouver l’année prochaine pour de nouvelles aventures passionnantes dans une ambiance de connaissance, de convivialité, d’amitié et d’échange mais également de garder contact pendant cette année.

Mais surtout, ce séminaire a été l’occasion de changer le regard, mais aussi la façon de se comporter de chaque participant sur son environnement. Et ce résultat est une vraie satisfaction pour moi, organisatrice de ce séminaire.

Je ne suis pas peu fière de dire que l’IPA France, grâce à ce séminaire, a ainsi contribué à l’action de formation décidée par les états membres du Conseil de l’Europe au sujet de cette thématique. Notre séminaire GIMBORN 2018 est d’ailleurs inscrit dans le plan d’action européen et c’est un beau succès et une belle publicité pour notre association !!!!

Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez vous pour 2019, le séminaire aura lieu du 8 au 12 avril 2019… Et le sujet vous sera révélé très prochainement….

Merci à vous tous participants pour ce beau séminaire et merci à l’IPA France de permettre de tels échanges productifs et enrichissants.

Nathalie L.

Commission Nationale Professionnelle

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.